Atmosphère Internationale
la lettre de veille stratégique du commerce international
 Thème COMMERCE INTERNATIONAL
 Pays AFRIQUE / MALI  Date décembre 2015

Afrique, risques et opportunités : zoom sur le Mali

Synthèse : Plombée par la crise politique et sécuritaire entre 2012 et 2014, l'économie malienne se redresse doucement grâce à l'aide internationale. Un retard concédé sur ses dynamiques voisins que ce grand pays d'Afrique de l'ouest aimerait combler rapidement en attirant massivement les Investissements Directs Etrangers (IDE). Mais si le Mali dispose effectivement de quelques atouts dans son jeu, certaines contraintes géographiques et structurelles mettront du temps à s'estomper...

Les atouts :

Une intégration régionale prometteuse
Son appartenance à deux organisations économiques sous-régionales, l'UEMOA* (monnaie commune : franc CFA) et la CEDEAO**, offre au Mali l'accès à un marché direct potentiel d'environ 300 millions de consommateurs.
source : Banque Africaine de Développement
Une main d'œuvre bon marché
Avec un salaire minimum de 48€/mois, le Mali présente des coûts de main d'œuvre attractifs, parmi les plus faibles de la région (46€/mois pour la Mauritanie et le Niger).

Une priorité donnée aux Investissements Directs Etrangers (IDE) par le gouvernement malien dans son Plan Opérationnel et Stratégique (PSO) 2015-2018, mais des résultats qui se font attendre selon le dernier rapport "Doing Business" de la Banque mondiale.

Une implication forte de la diaspora
La diaspora malienne, estimée à 4 millions d'individus en 2015, transfert chaque année plus de 600 millions d'euros vers le Mali (11% du PIB). Le programme TOKTEN (Transfert de connaissance par les expatriés nationaux), incite les Maliens qualifiés installés à l’étranger à participer au développement des expertises et compétences dans leur pays d'origine.

Mali, pays de sourcing potentiel ?

Les principaux secteurs productifs du Mali sont l'agriculture (vivrière et industrielle), l'élevage et l'extraction minière.
La part de l'industrie dans le PIB est faible (environ 5% en 2014) : seulement 2% du coton produit au Mali (second producteur en Afrique) est transformé dans le pays.
Bien que le secteur tertiaire souffre de la situation politico-sécuritaire du pays, certaines activités se portent bien : banque, assurances, BTP, transports et les télécommunications perçoivent prioritairement les subventions des bailleurs de fonds internationaux.

Les points faibles :
  • Une situation politique, sécuritaire et sociale qui présente des garanties insuffisantes dans la perspective des élections présidentielles de 2018 (cf. Atmosphère Internationale de novembre 2015).
  • Un climat des affaires qui s'améliore doucement : la corruption semble diminuer au Mali (cf. Atmosphère Internationale de décembre 2014), mais reste très présente dans les affaires comme en témoigne le rapport 2013 / 2014 du Vérificateur Général.
  • Une classe moyenne dotée d'un pouvoir d'achat faible:
    Le Mali affiche un des taux de pauvreté les plus importants de la région (46,3%), et une forte proportion (65%) de population rurale...
  • Des carences structurelles dans le développement économique
    • Un réseau d'infrastructures obsolète (parfois inexistant)
      Le Mali, pays central de la région, doit encore aménager son réseau routier et ferré pour se désenclaver et doper son commerce intérieur, régional et international. Le chantier de l'interconnexion avec les pays de la région, notamment avec ceux disposant d'une façade maritime, est encore loin du compte.
    • Une précarité énergétique
      Le Mali est encore loin d'assurer une distribution performante sur l'ensemble de son territoire : certains quartiers de la capitale ne sont pas encore raccordés au réseau électrique, malgré un potentiel hydroélectrique important.
    • Une main d'œuvre trop peu qualifiée
      Selon la Banque mondiale "environ 65 % des Maliens n'ont aucune instruction et la durée moyenne des études parmi les adultes est de 2,4 ans".
* UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo)
** CEDEAO : Communauté Economique Des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo)
*** "Salaires minimum dans les pays d'Afrique francophone" (source : http://www.mays-mouissi.com)
Avis de l'expert : Le Mali voudrait profiter de l'engouement international pour les économies africaines en phase d'émergence (cf. Atmosphère Internationale de juillet 2015)... mais sa situation est encore très fragile par rapport à ses voisins proches (Côte d'Ivoire, Niger, Sénégal, Togo).

Le "marché commun" de l'UEMOA est encore peu développé : les échanges commerciaux entre pays membres ne représentent que 10 à 15% des flux internationaux de la région, contre 50% pour l'ASEAN ou 70 à 80% pour l'UE !

Le Mali, en tant que pays ACP et PMA, bénéficie de l'accord préférentiel non réciproque qui offre à ces produits d'exportation l'accès sans tarif et sans limitation de quota au marché de l'UE.
Des négociations entre la CEDEAO et la Chine sont actuellement en cours en vue d'un partenariat économique, de même qu'avec les Etats-Unis dans le cadre de l'AGOA.

Dénué de frontières maritimes mais cœur de l'hinterland, le pays souffre énormément du déficit d'infrastructures de base (routes, énergie,...), de la faible interconnexion des réseaux (électriques et téléphoniques), et de l'insuffisance de main d'œuvre qualifiée.

Pour l'instant, ce pays ne peut donc pas être considéré comme un hub d’entrée vers l’Afrique subsaharienne.

Après 20 ans de présence sur le continent asiatique, ACTE International déploie son offre de services au Maghreb et en Afrique subsaharienne : audit, expertise-conseil, formation professionnelle et services logistiques internationaux. Depuis notre antenne à Casablanca, nous mettons nos compétences et notre approche transversale du Supply Chain Management au service des entreprises et filiales en développement sur l'ensemble du continent : en savoir plus...

Prochain séminaire Web gratuit sur la thématique COMMERCE INTERNATIONAL :
12/01/2016 > Commerce mondial : rétrospective 2015 et perspectives 2016
Imprimer  M. FOURCADE
Source(s) : www.maliweb.net / Commission européenne (2015)
Tous droits réservés © ACTE International (2015)  |  Exonération de responsabilité