Export Chine : l'appel d'air du « Made in China 4.0 »

Atmosphère Internationale

novembre 2017

Made in China 2025

Réduction des droits de douane à l’importation en Chine… Info ou intox ? Avec une croissance ralentie à 6,4%, quel est l’intérêt de l’Etat chinois à faire des « cadeaux » à ses partenaires commerciaux ? Etat des lieux d’un pays qui continue d’impressionner le reste du monde par un modèle économique sans pareil.

Thème :

Economie

Pays :

CHINE / MONDE

Quel rapport entre la fusion Alstom-Siemens et l'alliance Airbus-Bombardier ? Au premier abord, « simple » objectif d'optimisation industrielle, mais en réalité stratégie de résistance à l'investisseur chinois pour en limiter la concurrence.

Lors du dernier salon EMO de Hanovre (Salon de l'usinage et des Machines-Outils), l'Allemagne, l'Italie et le Japon font figure de trio gagnant. Mais, ces 3 pays se répartissent un marché à géométrie variable sur lequel la Chine occupe la place de premier constructeur mondial avec des machines généralistes basse technologie vendues à plus de 90% sur son marché national. Avec son plan « Made in China 2025 », la Chine entend bien passer directement du 2.0 au 4.0 et concurrencer le Japon à l'export !

3800 bus électriques équiperont l'Ile de France à échéance 2015, et les chinois BYD et Yutong parties prenantes à l'appel d'offres ont lié leur participation à la construction de deux usines d'assemblage en France. Car fin 2016 sur les 220 000 bus électriques en circulation dans le monde, 115 000 ont été vendus en Chine (contre 1000 en Europe, 300 aux USA et 100 en France) !

En 2017, la Chine est toujours le premier exportateur mondial (13% des exportations mondiales). Si les usines d'état sont en surcapacité industrielle et en grande difficulté financière, la transition économique est en marche avec un secteur du service qui représente plus de 50% du PIB à fin 2016, contre 40% pour l'industrie. Un tiers des nouveaux robots mis en service dans le monde sont installés en Chine.

Et pour rattraper leur retard technologique, les entreprises chinoises importent massivement !

Avis de l'expert : 

Adieu le concurrent déloyal qui joue tout sur son faible coût de main d’œuvre ! Exit la production de biens de consommation à faible valeur ajoutée et à la technologie dépassée. Le gouvernement chinois applique à la lettre son plan quinquennal 2015-2020 (cf. Atmosphère Internationale de mars 2016) qui commence à produire des résultats.

La Chine, économie de marché « contestée » (cf. Atmosphère Internationale de janvier 2016), met les bouchées double sur les filières environnementales, énergie renouvelable, automatisation… et créé un appel d’air mondial sur le marché de la technologie, et de l’innovation : de quoi justifier une stratégie de baisse des droits de douane pour ces filières, autant que pour la satisfaction des consommateurs.

Une transformation économique qui s’accompagne depuis début 2017 de fermetures forcées d’usines (cf. Atmosphère Internationale de septembre 2017), et de restrictions de production pour les aciéristes et producteurs d’aluminium dans la période hivernale. Les autorités locales n’hésitent pas à dénoncer publiquement (« name and shame ») les entreprises qui ne respectent pas les règles environnementales.

Pour aller plus loin...

Contactez nos experts pour connaître l'évolution des conditions d'importation en Chine, et concevoir vos scénarios cross-trade sécurisés et optimisés !

Source(s) : www.usinenouvelle.com

Rédacteur(s) : A. LE ROLLAND

Toute l'actualité

Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin