Risque de corruption : Transparency International publie son IPC 2021

ACTualité

janvier 2022

Mots-clés

L'Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2021 dans 180 pays du monde vient de paraître dans le rapport annuel de Transparency International.

Malgré 25 pays en amélioration, le bilan global de Transparency International est décevant : 131 pays n'ont fait aucun progrès significatifs, et 27 d'entre eux affichent des scores historiquement bas.

Le classement régional se répartit comme suit :

Région Classement Score Pays ayant le meilleur score Pays ayant le moins bon score
Europe occidentale et UE 1 66

Danemark

Finlande

Bulgarie
Asie Pacifique 2 45 Nouvelle Zélande

Corée du Nord

Afghanistan

Amériques 3 43 Canada Vénézuela
Moyen Orient & Afrique du Nord 4 39 EAU Syrie
Europe de l'Est et Asie Centrale 5 36 Géorgie Turkménistan
Afrique Subsaharienne 6 33 Seychelles Soudan du Sud

 

L'Europe occidentale et l'Union européenne enregistrent le meilleur score moyen régional (66/100), tractés par les pays nordiques (Danemark, Finlande, Norvège et Suède respectivement en 1e, 2e, 4e et 6e position du classement général).

Malgré un large engagement en faveur de la lutte contre la corruption, l'Afrique subsaharienne atteint le score moyen régional le plus faible (33/100) tirée vers le bas par la Guinée équatoriale, la Somalie et le Soudan du Sud.

Sur cinq ans, 6 pays ont progressé de manière significative et 5 voient leur IPC se dégrader de manière notoire :

Pays Progrès Dégradation
Arménie +14  
Angola +10  
Corée du Sud +8  
Ouzbékistan +6  
Moldavie +5  
Ethiopie +4  
Vénézuela   -4
Honduras   -6
Nicaragua   -6
Canada   -8

 

Rappel : Transparency évalue la corruption dans le secteur public. Les pays sont notés selon un score allant de 0 à 100, où 0 équivaut à un pays hautement corrompu et 100 à un pays très intègre ("propre"). Ils sont ensuite classés selon leur score, de 1 (pays le plus intègre) à 180 (pays le plus corrompu).

Avis d'expert

photo-portrait-alr

Anne LE ROLLAND, Experte en Prévention de Corruption Internationale (DG ACTE International Groupe)

L'intégrité en période COVID n'a pas fait recette. Au contraire, la pandémie mondiale a constitué un terreau favorable aux mauvaises pratiques. Transparency International souligne le lien direct entre lutte contre la corruption, respect des droits de l'homme, et maintien de la démocratie. La corruption facilite la violation des droits humains et des libertés. 

L'IPC de Transparency International est un indicateur-clé des cartographies des risques de corruption des entreprises exigées par le FCPA (USA), UKBA (UK), Loi Sapin 2 (France) et bien d'autres pays, y compris la Norme ISO37001. Il peut être comparé et pondéré par les indicateurs de TRACE ou de la Banque Mondiale.

Il convient donc de mettre à jour les indices pour la réévaluation du risque pays. Attention, cet indicateur va principalement impacter le risque de corruption dans les relations et interactions avec les administrations et marchés publics. Pour autant, commercer avec une entreprise privée qui elle-même est basée dans un pays à fort IPC (risque élevé) constitue un facteur aggravant du risque brut du donneur d'ordre. La situation du client ou fournisseur dans un pays à haut risque augmente le risque de corruption partagée.

Les dispositifs de prévention de la corruption, et les moyens de contrôle applicables aux transactions, marchés ou contrats avec ces partenaires commerciaux devront bien cibler les schémas de corruption identifiés dans les pays concernés.

Pour aller plus loin...

1ère PME française prestataire en Global Supply Chain Management certifiée ISO 37001, ACTE International accompagne en France et à l'étranger, les entreprises pour la réalisation de leur cartographie des risques, la création et déploiement de leurs dispositifs de prévention de la corruption : obligation légale (Loi Sapin 2, FCPA ou UKBA), cadre normatif (ISO 37001), exigence commerciale (des clients ou fournisseurs), ou volonté d'excellence des dirigeants,... ACTE International garantit une approche terrain, opérationnelle et calibrée à chaque organisation internationale ! 

Source(s) : Transparency International

Rédacteur(s) : A. LE ROLLAND