Export USA : le Vietnam dans le viseur du représentant au Commerce

ACTualité

février 2021

Export Vietnam USA

Un rapport américain publié fin janvier confirme que le Vietnam manipule sa monnaie causant ainsi préjudice aux entreprises américaines. Grâce à la loi sur le commerce, l'USTR (Bureau du représentant américain au Commerce) peut prendre des sanctions.

En vertu de la section 301, qui autorise le président américain à prendre des mesures de rétorsion en cas de pratique contraire aux règles du commerce international, une enquête a été ouverte en octobre 2020 pour savoir si le Vietnam manipule sa monnaie, faussant ainsi le jeu de la concurrence.

Publié en janvier 2021, le rapport conclut que la monnaie vietnamienne a été sous-évaluée au cours des 3 dernières années à cause d'interventions de la Banque nationale sur le marché des changes. Cette sous-évaluation a 2 effets majeurs :

  1. Baisser le prix des marchandises exportées depuis le Vietnam vers les États-Unis ;
  2. Augmenter le prix en monnaie locale des produits américains vendus au Vietnam.

Suite à cette enquête, le bureau du représentant américain a déclaré que pour l'instant il n'allait pas mettre en place de taxes additionnelles pour les produits "Made in Vietnam" mais qu'il allait évaluer les options possibles afin de rétablir la situation. 

Le gouvernement vietnamien a fait savoir par un communiqué qu'il allait poursuivre ses efforts pour ouvrir son marché, et s'est dit prêt au dialogue afin de trouver une solution viable pour les deux pays.

Avis d'expert

photo-portrait-jb

Julie BONNETON, Experte - formatrice en Commerce International chez ACTE International

Avec cette disposition de la loi américaine, l'administration américaine peut investiguer pour véirifer si ses partenaires commerciaux respectent les "règles du jeu", et prendre des sanctions unilatérales le cas échéant.

Cet outil avait été utilisé pour mettre en place les surtaxes pour les produits d'origine Chine et a conduit à la guerre commerciale sino-américaine.

Celle-ci est d'ailleurs toujours d'actualité et n'a pas été remise en cause par le nouveau Président des États-Unis : une taxe allant de 7,5 à 25% est toujours applicable pour la majorité des importations chinoises à leur entrée sur le territoire US.

Pour éviter ces droits de douane additionnels, des supply chains se sont réorganisées et ont changé leur pays de sourcing en délaissant la Chine pour le Vietnam notamment !

Les États-Unis sont aujourd'hui le plus grand marché à l'export du Vietnam (7,5 milliards USD en janvier, soit une hausse de 57,4% en glissement annuel).

D'ailleurs plus de 200 entreprises américaines ont écrit une lettre commune pour s'opposer à la mise en place de mesures tarifaires qui pourraient venir impacter leur facture douanière à l'import et se répercuter sur le consommateur. 

La nouvelle représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, devra décider de la suite à donner...

Source(s) : USTR / Just style

Rédacteur(s) : J. BONNETON