Indice mondial de Perception de la Corruption (IPC) 2020

ACTualité

February 2021

Perception de la Corruption (IPC) 2020

Comment a évolué le niveau de corruption ressenti dans vos pays d'approvisionnement depuis 2019 ? Les pratiques administratives, douanières et commerciales des services publics de vos marchés cibles vous contraindront-elles à des compromis pour développer vos activités internationales ? L’indicateur IPC de Transparency International fournit une grille de lecture des risques pays indispensable à la mise à jour de votre cartographie des risques !

L'Indice mondial de Perception de la Corruption (IPC) 2020 dans le secteur public vient d'être publié par l'ONG Transparency International : 180 pays ont été passés au crible pour évaluer leur degré de corruption "ressenti" sur une échelle de 0 à 100, du plus corrompu au plus vertueux.

Cette année encore, plus de 2/3 des pays enregistrent une note inférieure à 50 et la moyenne générale reste bloquée à 43 pour la deuxième année consécutive (cf. Indice mondial de Perception de la Corruption (IPC) 2019). 

Depuis 2012, seuls 26 pays (14%) ont amélioré sensiblement leur score IPC, il s'agit notamment de la Grèce, du Myanmar (ex-Birmanie) et de l'Équateur.

Mais au cours de la même période, 22 pays ont vu leur IPC régresser... c'est le cas du Liban, du Malawi et de la Bosnie-Herzégovine.

Même dans le top 25, les résultats ne sont pas convaincants... Parmi les nations les plus en pointe dans le domaine de la lutte anti-corruption transnationale :

  • Pour la 3ème année consécutive, les États-Unis s'enfoncent dans le classement : 22ème en 2018 avec 71 points, puis 23ème (69 pts) l'année suivante, le "gendarme du monde" est retrogradé à la 25ème place mondiale (67) en 2020.
  • Le Royaume-Uni gagne une place dans le classement passant de la 12ème à la 11ème place, mais en conservant le même score (77).
  • La France, dont le score (69 pts) n'a également pas évolué depuis 2019, ne fait que se maintenir à la 23ème place.

La région ayant obtenu le score moyen le plus élevé (66) est l'Europe occidentale / Union européenne, alors qu'en bas de classement on retrouve l'Afrique subsaharienne (32), précédée de l'Europe de l'Est et de l'Asie centrale (36).

Année particulière marquée par la crise sanitaire, de nombreux rapports montrent que la corruption est répandue dans toute la riposte à la COVID-19 : que ce soit pour les tests, le traitement et d'autres services de santé, ou l'attribution des marchés publics de fournitures médicales, sans parler de la préparation générale aux situations d'urgence.

Même les pays du haut de tableau, avec des scores élevés, ont eu leur part de problèmes de corruption, notamment en lien avec le manque de transparence des dépenses publiques pour faire face à la crise sanitaire.

Avis d'expert

photo MD

Marion DARIER, responsable des activités prévention de la corruption chez ACTE International

L'indice de perception de la corruption (IPC) de cette année dresse une dégradation de l'état de la corruption dans le monde et la COVID-19 a eu un rôle significatif.

Les forts montants en jeu pour la gestion de crise, l’urgence de réaction (décaissement des aides) et le risque d'influence indue sur les réponses politiques, forment un nouveau cocktail parfait pour la corruption.

En ces temps de crise, il est plus que nécessaire pour les gouvernements et les populations de lutter activement, au quotidien et à tous les niveaux contre la corruption, maladie humaine non éradiquée depuis trop longtemps.

Pour aller plus loin...

1ère PME française prestataire en Global Supply Chain Management certifiée ISO 37001, ACTE International accompagne en France et à l'étranger, les entreprises pour la réalisation de leur cartographie des risques, la création et déploiement de leurs dispositifs de prévention de la corruption : obligation légale (Loi Sapin 2, FCPA ou UKBA), cadre normatif (ISO 37001), exigence commerciale (des clients ou fournisseurs), ou volonté d'excellence des dirigeants,... ACTE International garantit une approche terrain, opérationnelle et calibrée à chaque organisation internationale ! 

Source(s) : Transparency International

Rédacteur(s) : M. DARIER