Baromètre mondial de la corruption en Asie : encore une longue marche !

ACTualité

décembre 2020

Baromètre mondial de la corruption en Asie

En Asie, près de 75% des citoyens affirment que la corruption est un problème majeur dans leur pays... C'est un des enseignements tirés du "Baromètre mondial de la corruption" présenté en décembre dernier lors de la 19ème Conférence Internationale Contre la Corruption (IACC).

Avec 20 000 personnes consultées dans 17 pays d’Asie, ce baromètre mondial de la corruption dédié à la région Asie présente les points de vue et les expériences de la population en matière de corruption.

Bonne nouvelle : 63% des sondés pensent que leurs agences anti-corruption nationales réalisent du bon travail... mais près d'une personne sur cinq qui a utilisé un service public au cours des 12 derniers mois a payé un pot-de-vin, soit près de 836 millions de personnes en Asie !

Dans le classement des services publics considérés comme les plus corrompus :

  1. La police est la première institution pointée du doigt par les personnes interrogées, particulièrement à Taiwan, en Thaïlande et en Inde ;
  2. Les tribunaux ou les administrations délivrant les papiers d'identité ;
  3. Les écoles et les infrastructures publiques ;
  4. L'hôpital, secteur particulièrement sensible dans le contexte actuel de pandémie mondiale...

Le baromètre inclut cette année de nouvelles questions permettant de libérer la parole sur les pratiques de "sextorsion" : 8% des répondants dénoncent des situations où la contrepartie correspond à des faveurs corporelles . 

Au niveau politique, 55% des sondés pensent que leur gouvernement prend des décisions selon des intérêts personnels, et 1 personne sur 7 affirme même avoir reçu une proposition de bakchich en échange d'un vote au cours des 5 dernières années !

A noter

En raison de la situation de la COVID-19, cette année l'étude a été majoritairement réalisée par téléphone : une méthodologie réputée moins fiable qu'en face à face.

Avis d'expert

photo MD

Marion DARIER, responsable des activités prévention de la corruption chez ACTE International

En matière de corruption, comme sur bien d'autres thématiques socio-économiques, la zone Asie est un territoire complexe pour les observateurs : la diversité des régimes politiques, des socles culturels et des niveaux de développement économique, oblige notamment à pondérer les analyses d'ensemble...

Ainsi, alors que 66% des Taïwanais interrogés affirment avoir été victimes de tentatives de corruption par des policiers au cours des 12 derniers mois, ils ne sont que 2% au Japon ou aux Maldives.

Démocraties ou régimes autoritaires, la lutte contre la corruption fait face aux mêmes obstacles à des degrés différents : actes d'intimidation, peur des représailles, limitation de la liberté d'expression,...

Pourtant, la majorité de citoyens d'Asie (>3/5) est optimiste, et pense pouvoir réduire les pratiques de corruption par des comportements individuels plus engagés. 

La corruption est une danse à deux... la lutte contre la corruption aussi. L'engagement de bonne gouvernance des États doit s'adosser à une forte implication éthique des citoyens.

Pour aller plus loin...

1ère PME française prestataire en Global Supply Chain Management certifiée ISO 37001, ACTE International accompagne en France et à l'étranger, les entreprises pour la réalisation de leur cartographie des risques, la création et déploiement de leurs dispositifs de prévention de la corruption : obligation légale (Loi Sapin 2, FCPA ou UKBA), cadre normatif (ISO 37001), exigence commerciale (des clients ou fournisseurs), ou volonté d'excellence des dirigeants,... ACTE International garantit une approche terrain, opérationnelle et calibrée à chaque organisation internationale ! 

Source(s) : Global corruption barometer ASIA 2020

Rédacteur(s) : M. DARIER