Lutte anticorruption : le Liban demande des comptes au secteur pétrolier !

ACTualité

mai 2020

Liban Corruption

Le secteur des hydrocarbures dans la tourmente au Liban. Les stocks et les cours du baril augmentent considérablement les risques de corruption.

Dix multinationales du secteur pétrolier seraient dans le collimateur du Parquet Financier libanais pour motif de « détournement de fonds publics et enrichissement illicite ».

Cette vaste opération intervient dans un contexte déjà très controversé, alors que EDL (Électricité du Liban) accuse une entreprise publique algérienne d'avoir livré du carburant défectueux. Des élus reprochent au Ministère de l'Énergie de ne pas avoir rendu public les termes du contrat. Un mandat d'arrêt a été lancé à l'encontre de l'importateur qui avait gagné l'appel d'offres et du représentant du fournisseur algérien au Liban. 

La chute libre des ventes d'hydrocarbure depuis le début de l'année 2020 créé des tensions majeures, augmentant les risques de corruption active de la part des producteurs voulant se débarrasser des stocks, et de corruption passive du côté des acheteurs ayant le pouvoir de commande.

De plus, en deçà d'un certain prix de vente, certains indélicats peuvent être tentés de "couper" l'hydrocarbure avec un autre liquide... et livrer du carburant défectueux.

Rédacteur(s) : M. DARIER 

Source(s) :  L'orient le jour