USA / Chine : c'est la rentrée des taxes !

Atmosphère Internationale

September 2019

Commerce international USA Chine

Nouvel épisode dans la saga sino-américaine : Donald Trump et Xi Jinping ont tous les deux annoncé de nouvelles surtaxes à l'importation qui pourraient être instaurées début septembre... on prend les mêmes et on recommence !

Thème :

Commerce international

Pays :

USA / CHINE / MONDE

En dépit du climat qui semblait s'apaiser entre Pékin et Washington début août, le Président américain a surpris tout le monde en confirmant son intention de taxer une 4ème liste de produits chinois à hauteur de 10% dès le 1er septembre (cf. États-Unis / Chine : nouvelle attaque de Trump).

Avec cette dernière liste, la quasi totalité des produits d'origine Chine seraient désormais concernés par des droits de douane additionnels de 10% à 25% à leur entrée sur le territoire des États-Unis.

Toutefois, compte tenu des enjeux économiques liés à l'approche des fêtes de fin d'année et l'impact potentiel sur la consommation des ménages, la 4ème liste a été divisée en deux : pour certains produits tels que les téléphones, ordinateurs, certains jouets, vêtements et chaussures cette mesure ne sera effective qu'à partir du 15 décembre*.

La Chine n'a pas tardé à réagir, en annonçant fin août vouloir relever les droits de douane sur les produits "made in USA" de 5 à 10% en septembre et en décembre. Sont principalement concernées, les importations de soja et d'automobiles ainsi que les pièces détachées.

Surenchère immédiate de la Maison Blanche : par tweet interposé, le Président américain menace de porter à 30% le taux de droit de douane des produits déjà taxés à 25% dès le 1er octobre, et de réévaluer à 15% au lieu de 10% les droits applicables sur la 4ème liste...

De 3.1% en 2017, le taux moyen de droit de douane applicable sur les produits chinois pourrait ainsi passer à 24.3% fin 2019 !

* Nous tenons la liste complète des nomenclatures douanières concernées à disposition de nos abonnés sur simple demande.

Avis de l'expert : 

Pas facile de s'y retrouver dans cette avalanche de surtaxes... et surtout, impossible d'anticiper le taux effectif de droit de douane applicable aux produits exportés avant leur arrivée à destination !

De nombreux opérateurs européens du commerce sont aujourd'hui pris dans la tourmente, principalement des entreprises dont les produits achetés ou fabriqués par leurs filiales en Chine sont commercialisés aux États-unis.


Attention !

Les opérateurs qui s'approvisionnent en Asie et exportent aux USA doivent être particulièrement vigilants sur l'origine de leurs produits, et notamment se méfier des changements inopinés des lieux de fabrication de leurs fournisseurs...

Nous les incitons également à recourir préférentiellement à l'incoterm FCA afin de maîtriser les ports d'embarquement, et à effectuer leur contrôle qualité juste avant l'embarquement.

Dans ces périodes de tension et d'incertitude, il existe aussi des risques de fraude sur les connaissements maritimes, ou des transbordements cachés... Il est nécessaire de bien maîtriser sa supply chain pour éviter d'être pris en défaut au moment du dédouanement.


 Cette bataille commerciale impacte à la hausse le prix des marchandises d'origine Chine : les grandes entreprises américaines qui s'y approvisionnent encore massivement ont d'ailleurs alerté sur l'augmentation inéluctable des prix pour le consommateur.

Selon l'American Apparel and Footwear Association, 40% des vêtements et 70% des chaussures vendus sur le territoire américain sont concernés.

Les droits de douane additionnels pourraient coûter près de 4 milliards USD/an supplémentaires aux consommateurs... Mais Trump fait la sourde oreille et convie plutôt les entreprises US à relocaliser leur sourcing aux États-Unis.

Mais les opérateurs concernés ne semblent pas vouloir suivre les conseils de leur Président : nombreuses sont les sociétés américaines qui, plutôt que d'envisager un rapatriement de leurs approvisionnements, étudient sérieusement un changement de cap vers l'Asie du Sud-Est.

Le Vietnam et la Thaïlande semblent particulièrement bénéficier de cette tendance, et ont récupéré une partie de la production auparavant réalisée en Chine.

Cependant, un changement de stratégie de sourcing implique souvent une réorganisation en profondeur de la supply chain internationale, notamment pour les approvisionnements matière et pièces détachées, mais également en termes de technicité et de savoir faire des sous-traitants... Or, même si ses coûts de main d'oeuvre sont aujourd'hui moins compétitif, la Chine possède des compétences, des outils de production et des infrastructures difficiles à trouver dans d'autres régions !

Après des mois d'attaques et de ripostes à coup de surtaxes douanières, les tensions entre les deux grandes économies se font ressentir sur le commerce mondial : selon les chiffres récents de l'OCDE, les échanges commerciaux entre les pays du G20 se sont à nouveau contractés, de 1.9% pour les exportations et 0.9% pour les importations par rapport au trimestre précédent.

Cette guerre commerciale, débutée il y a un an et demi ne semble pas s'acheminer vers un "happy end"... Le retour de bâton des consommateurs américains aura peut-être raison de l'entêtement de Trump dans ce combat : réponse fin d'année prochaine, à l'occasion des prochaines élections présidentielles américaines !

Pour aller plus loin...

Rédacteur(s) : J. BONNETON | M. ANTIER

Source(s) : Réseau ACTE International 

All news

Share on : Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+ Share on Linkedin