USA / Chine : nouveau round dans la guerre commerciale

Atmosphère Internationale

août 2018

Commerce international USA Chine

Pas de vacances pour les mesures protectionnistes : début août, les États-Unis annoncent une nouvelle liste de produits chinois taxés à 25%... réplique immédiate de Pékin !

Thème :

Commerce international

Pays :

USA / CHINE / MONDE

Mardi 7 août 2018, l'administration Trump a publié une nouvelle liste de 279 produits originaires de Chine taxés à 25%.

Ces nouveaux droits de douane seront applicables dès le 23 août et concerneront notamment des motos, des tracteurs, des pièces pour chemins de fer, des circuits électriques, des moteurs et des équipements agricoles.

Malgré cette nouvelle mesure, seulement 10% des produits importés de Chine sont concernés par des droits de douane additionnels à ce jour. Mais c'est sans compter la nouvelle liste en préparation côté US comportant plus de 6300 produits (cf. États-Unis / Chine : liste de produits surtaxés en préparation) !

Au final, les États-Unis taxeraient la quasi totalité des importations chinoises, non plus à 10% comme annoncé au début, mais à 25% selon la récente demande du Président des États-Unis. 

Comme à son habitude, le président chinois n'a pas tardé à répliquer en annonçant la mise en place de surtaxes allant de 5% à 25% sur environ 5207 produits "made in USA", pour une valeur globale d'importations estimé à 60 milliards USD.

Xi Jinping a ajouté que cette contre-mesure serait "suspendue aux actions des États-Unis" et qu'il n'hésiterait pas à en adopter d'autres.

La publication des chiffres de la balance commerciale américaine du mois de juin a ajouté de l'huile sur le feu...

En dépit de la politique protectionniste, le déficit commercial US est reparti à la hausse et dépasse désormais 46 milliards USD.

En cause, l'affaiblissement des exportations (-1,5 milliard USD) dû aux mesures de rétorsion engagées par les différents partenaires commerciaux suite aux surtaxes imposées par Washington sur l'acier et l'aluminium (cf. Commerce mondial : jusqu’où ira le protectionnisme américain ?), et la remontée des importations.

Quant au déficit avec la Chine, il continue de se creuser pour atteindre 32,5 milliards USD... Alors qu'à Pékin le bilan est plutôt positif puisque les exportations chinoises ont progressé de plus de 12% en juillet 2018 et que rien ne semble véritablement enrayer cette dynamique !

 

Avis de l'expert : 

Dans cette guerre commerciale, pas de trêve estivale, chaque adversaire se rend coup pour coup et une armistice semble peu probable à court terme. A moins que...

Les revirements successifs de D. Trump vis-à-vis de ses principaux partenaires commerciaux doivent nous inciter à la prudence en matière de "stratégie géo-économique américaine".

Pour l'heure, le dialogue entre les États-Unis et la Chine est rompu et les négociations sont au point mort : à ce stade on est à peu près assurés d'assister à une nouvelle salve de droits additionnels sur une ribambelle de nomenclatures douanières en septembre.


IMPORTANT

Attention, tous les produits d'origine Chine soumis à des droits additionnels aux États-Unis sont concernés, quel que soit le pays expéditeur  !

C’est bien le pays de fabrication (règles de l’origine non préférentielle) qui est pris en compte et non la provenance... Et il y a fort à parier que les contrôles par la douane américaine vont s’intensifier sur les déclarations d’origine.


On peut s'interroger sur les moyens d'action du gouvernement chinois qui va vite être limité pour étendre la liste des produits américains surtaxés... En effet, le montant global des importations "made in USA" en Chine n'a atteint que 130 milliards USD en 2017.

De son côté, l'administration américaine n'hésite pas à brandir la menace d'une surtaxation "totale", sur l'ensemble des importations chinoises. Pourtant, les droits de douane additionnels mis en place contre la plupart de ses partenaires commerciaux font déjà souffrir certains secteurs de l'économie américaine : selon une estimation, un niveau de taxation moyen à 10% sur 100% des produits d'origine Chine pourrait diminuer de 15% les bénéfices des 500 plus grosses entreprises américaines...

Et les consommateurs américains pourraient eux aussi ressentir les effets du protectionnisme avec une flambée des prix sur de nombreux produits de consommation : téléphones, ordinateurs, vêtements, chaussures...

L'autre point d'inquiétude pour l'économie américaine et de nombreuses multinationales, réside dans la conclusion des renégociations actuelles des accords de libre-échange :

  • ALENA (États-Unis / Canada / Mexique) : plus d'un an après le début des pourparlers, toujours pas de consensus officiel. Cependant, la perspective d'un accord semble se profiler pour la rentrée selon de récents communiqués. Le secteur automobile reste l'un des principaux points bloquant.
  • KORUS (États-Unis / Corée du Sud) : les négociateurs ont trouvé un accord en mars 2018. La Corée a accepté d'ouvrir davantage son marché automobile aux constructeurs américains et à limiter ses exportations d'acier vers les US. A ce jour pourtant, aucune date de ratification n'a été communiquée.

Au niveau mondial, le secteur automobile retient son souffle en attendant les conclusions de l'étude menée par les États-Unis concernant la possibilité de mettre en place des mesures de sauvegarde sur ce secteur, à l'instar de l'acier et de l'aluminium. Si tel était le cas, le niveau d'engagement des États-Unis dans cette guerre commerciale atteindrait un nouveau sommet d'intensité, avec des répercussions économiques et géopolitiques potentiellement alarmantes.

Inquiet, le FMI table d'ailleurs sur un ralentissement de la croissance mondiale de l'ordre de 0.2% et met en garde les États-Unis contre une attitude "jusquauboutiste" préjudiciable à tous...

Mais la véritable question est : Trump a-t-il ou non déjà dépassé le point de non retour ? 

Pour aller plus loin...

Source(s) : https://www.challenges.fr

Rédacteur(s) : J. BONNETON / M. ANTIER

Toute l'actualité

Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin